Les vins primeurs

Samedi 9 juillet 2011

J’ai remarqué que les gens font souvent des confusions dans la compréhension des vins primeurs ou plus simplement ne savent pas vraiment de quoi il s’agit . Il existe en effet de subtiles différences, et en fin de lecture de ce billet, il ne subsistera plus le moindre doute pour vous.

Qu’est-ce qu’un vin primeur ?

Se dit en deux sens très différents, même si dans les deux cas le mot « primeur » fait référence aux premiers mois de la fermentation du moût de raisin.
Un vin primeur est un vin mis en vente presque immédiatement après la récolte, généralement deux mois, dès que la fermentation a eu lieu. On l’appelle aussi « vin nouveau », « vin jeune » ou « vin de l’année ». Il est tout à fait l’inverse de ce qu’est un vin de garde. De nombreux vignerons utilisent, pour l’obtention de leurs vins primeurs, la méthode de la macération carbonique, l’exemple le plus connu étant le Beaujolais nouveau.

Pa règlementation des AOC, un vin est dit primeur s’il est mis en bouteille avant le printemps et nouveau si c’est avant la vendange suivante.
Devant le succès commercial du beaujolais nouveau dont l’appellation existe depuis 1951, d’autres régions ont emboité le pas comme en Val de Loire et à Gaillac à partir du cépage Gamay et dans le midi avec du Grenache et du Carignan.

Acheter un vin en primeur

Cela consiste à l’acheter au vigneron peu après la récolte, alors même que le vin est en primeur, c’est-à-dire encore en cours de vinification. La date où le vin sera livré à l’acheteur dépend entièrement du contrat ou de l’accord établi entre les deux parties. Un acheteur peut par exemple acheter en primeur à un vigneron 2.000 litres de sa récolte de 2008 et n’être livré du vin obtenu qu’en 2011. Ce vin de 2011 (millésimé 2008) n’aura alors rien d’un vin primeur dans le sens évoqué précédemment.

Pourquoi acheter du vin en primeur ?

Le principe est d’acheter moins cher des crus (notamment des vins de Bordeaux) deux ans avant leur mise en bouteille. Un jeu spéculatif qui peut se montrer payant mais qui contraint l’acheteur à faire confiance au vendeur, aux conseils d’un critique ou la réputation d’un château, puisqu’il n’a pas goûté le vin, qui d’ailleurs n’existe pas vraiment !
Il y a des risques aussi que le vin, bien que prometteur ne donne pas les résultats qualitatifs escomptés ou supposés.

Cet exercice est dont plutôt réservé aux professionnels qui achètent par avance en évaluant le potentiel des vins, et ce, pour le compte de leurs futurs clients. Compte tenu de l’immobilisation de masses financières importantes, l’achat de primeur n’a d’intérêt que s’il apporte une ristourne d’au moins 30% sur le prix final de mise sur le marché.

Depuis quelques années et en vive accélération depuis 2009, on assiste à une frénésie d’achats de primeurs bordelais de la part des chinois qui les considèrent comme le nec plus ultra. Les prix sont en hausse vertigineuse selon le bon vieux principe de l’offre et de la demande.

Si vous voulez bénéficier de prix encore très sages, venez nous rendre visite dans notre boutique de vins, nous avons fait tout cela pour vous.

A savoir, Actualités, Vins de France

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

Laisser votre commentaire