Un vin au gout de bouchon : Pourquoi ?

Mardi 22 décembre 2009

Le bouchon forme un couple indissociable avec la bouteille et son rôle dans l’évolution du vin est incontestable.

Depuis la plus haute antiquité, le bouchon est utilisé pour obturer l’orifice des fûts et des amphores pour préserver l’intégrité du vin. Sa composition a fait appel à des matériaux très divers comme le bois, la cire, l’argile ou le chanvre, et bien entendu le liège.

Bouchon et bouteille de vin, un couple indissociable

La bouteille va se généraliser à partir du 18eme siècle, grâce à des innovations techniques qui
les rendront plus résistantes et grâce à leur facilité de stockage et de transport.
La naissance des vins pétillants a été rendue possible car la bouteille, plus solide, a permis de résister à la pression générée par la fermentation.
C’est d’ailleurs à cette époque que le fameux moine Dom Pérignon va expérimenter ses vins pétillants qui aboutiront au champagne qu’il n’aurait pu conserver en bouteilles sans le bouchon de liège.

Le bouchon de liège

Après des siècles d’oubli résultant de l’abandon des amphores au profit des barriques, le bouchon de liège revient en force pour accompagner l’essor de la bouteille.

Aujourd’hui 20 milliards de bouteilles de vin sont produites et bouchées chaque année dans le monde, la majorité soit 14 milliards, l’étant avec des bouchons de liège.
Les bouchons de liège absorbent 60% de la production des chênes lièges concentrés sur le pourtour de la Méditerranée.

Le bouchon conique, longtemps utilisé pour s’adapter aux variations des bouteilles soufflées, a laissé place au bouchon cylindrique depuis que la production industrielle des bouteilles a autorisé des calibres identiques et précis.

Le goût de bouchon, c’est quoi ?

Vous etes heureux d’offrir une bonne bouteille de vin ou d’ouvrir une tout aussi bonne bouteille de champagne pour le plaisir de vos amis et, stupeur, le vin est bouchonné ! Envolés les arômes subtils, les notes florales ou minérales, la finesse du bouquet.

Mais comment est-ce possible ?

Le goût de bouchon évoque un goût de moisi qui provient principalement de moisissures nichées dans le liège. La molécule qui s’en dégage, très désagréable au nez, est d’une force extraordinairement puissante puisque un seul gramme pourrait bouchonner des dizaines de millions de litres de vin.

A qui la faute ? Il existe une dizaine de qualités différentes de bouchon, allant du bouchon colmaté ayant des trous relativement importants, jusqu’au modèle dit 54/24 extrait de la meilleure couche du liège, sans aucun trou.
D’autres phénomènes physico-chimiques peuvent agir également en altérant même des bouchons de bonne qualité.

Le risque zéro n’existe dons pas, y compris pour les grands vins, mais tradition du bouchon de liège oblige.

Comment atténuer le goût de bouchon ?

Après la mauvaise surprise, il n’y aura pas de miracle, mais il est possible de réduire les effluves de bouchon en procédant au transvasement du vin dans une  carafe largement évasée, ce qui aura pour effet de le faire respirer (carafer un vin).

Une autre méthode consiste à ajouter un trait de porto pour masquer le mauvais goût, au risque de dénaturer le vin. Entre deux maux, il faut choisir…

Chic, le bouchon synthétique !

L’idée d’un substitut au bouchon traditionnel de liège est née de la nécessité de répondre à une progression de la demande, à la baisse des coûts et à la problématique du goût de bouchon.

Fabriqué à base de polymères et de gaz carbonique pour le noyau et de l’extrudage d’une peau extérieure en plastique flexible, le risque d’un goût de bouchon disparaît (à condition qu’il ne provienne pas de sa maturation en fut, ce qui est encore possible à cause du bois).

Bouchon en liège ou bouchon en plastique ?

L’utilisation du bouchon synthétique progresse sans pour autant s’imposer et répond avant tout à une préoccupation économique. Le rapport du prix du bouchon pour une bouteille de Bourgogne Aligoté n’a pas le même sens que pour une bouteille de Puligny-Montrachet 1er Cru par exemple.

Certains pensent que l’image d’un vin est plus dégradée par un goût de bouchon que par un bouchon synthétique.

Et vous, qu’en pensez vous ?

A savoir

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

4 réponses pour “Un vin au gout de bouchon : Pourquoi ?”

  1. PASDELOUP Elizabeth
    30 janvier 2010 à 18h09

    Ce blog est sympathique sur le plan esthétique. Il est très convivial et les articles sont intéressants. J’ai appris beaucoup de choses sur le vin.

    Juste une petite coquille à rectifier Laisser votre commentaire et non « commentaitre ».

  2. Merci Elisabeth pour ce commentaire positif.

    Je corrige l’erreur

  3. Bonjour
    Je viens de tomber sur votre site suite à la mésaventure d’une bouteille bouchonnée. N’ayant pas de porto sous le coude, j’ai employé la version « kir » avec une crème de framboise… cela a permis de déguster un peu mieux notre Chinon rouge avec notre côte de boeuf . Merci encore pour l’astuce!
    Brenda

  4. De rien Brenda, voilà une bouteille sauvée …

Laisser votre commentaire