Vente de vin par Internet

Samedi 5 février 2011

Le business d’Internet en France

Tous secteurs d’activité confondus, les internautes français ont dépensé 31 milliards d’euros en ligne en 2010, soit une croissance de 24%, selon les chiffres publiés par le ministère de l’Economie numérique. La Toile a généré plus de 340 millions de transactions l’année dernière, soit 60 millions de plus qu’en 2009.

Le nombre de Français qui ont acheté en ligne a également affiché une croissance à deux chiffres : ils étaient plus de 27,3 millions sur la période octobre-novembre 2010, soit 12% de plus qu’au dernier trimestre 2009.

Le nombre de sites marchands actifs a lui connu un bond de 28% en un an pour atteindre 81.900 sites, notamment grâce à l’arrivée de nombreuses enseignes traditionnelles qui ont ouvert un site marchand.

Les internautes sont 65% à faire confiance au commerce électronique (plus 17%). Voilà pour les généralités

La consommation de vin des ménages français

Indiquons tout d’abord que la consommation des ménages français diminue en quantité. En particulier, la population jeune consomme énormément moins de vin que les personnes plus âgées. A titre d’exemple, l’étude VINIFHLOR 2006 sur les achats de vins par les ménages français montre que  la quantité achetée par ménage est en litre/an  de 16,2 (soit environ 22 bouteilles) pour les moins de 35 ans et de 31,3 pour les 50/64 ans.

Dans la population, 88% des ménages déclaraient en 2005 avoir acheté du vin. Le budget moyen par ménage est d’environ 122€ dont 75% se répartissent sur les vins de qualité provenant de régions déterminées V.Q.P.R.D (55,6%) les champagnes (17,8%) et les AOC effervescentes (3,4%)

Au niveau de la restauration française

D’après les faits et chiffres Viniflhor 2006 sur la restauration, un volume important de vin est vendu à la restauration avec toutefois une baisse tendancielle de la quantité achetée. Si l’on s’attache uniquement à la restauration commerciale traditionnelle (RCT),  tous les restaurants ont acheté au moins une fois du vin tranquille dans l’année 2005. Soit environ 114 250 établissements. Avec en moyenne 1 736 L par établissement et un budget de 6945 €.

L’achat de vin

Aujourd’hui, l’essentiel du vin se vend en grande surface. Les faits et chiffres VINIFHLOR 2006 indiquent que la grande distribution représente environ 60% des ventes en volume.

La valeur des achats a, en moyenne par ménage, augmenté de près de 30% depuis  2004 dans les magasins spécialisés et en vente directe.

La vente sur Internet se développe fortement mais n’apparaît pas encore comme un acteur majeur du marché. Cela est à mettre en relation avec les résultats des études terrain réalisées qui montrent que les canaux préférés pour l’achat de vin sont pour une personne de trente ans et de catégorie socio professionnelle supérieure :

1.    Caviste
2.    Grande Surface
3.    Producteur

La vente de vin par Internet

Les études indiquent que seulement 10% de cette population est déjà allé consulter un site Internet traitant du vin. Et l’étude mentionnée dans les conférences Vinisud 2008 mentionne que 10% des internautes ont déjà acheté du vin sur Internet.

Le chiffre d’affaire 2006 du e-commerce du vin est estimé à 100 M€ sur la base du baromètre ePerformance de Bordeaux Ecole de Management, et repris dans le dossier du JournalduNet sur l’e-commerce du vin datant d’Avril 2009, l’estimant entre 100 et 120 M€.
Ce chiffre d’affaire concerne les sites spécialistes du vin et le chiffre d’affaire estimé pour les sites généralistes est du même ordre de grandeur. La croissance du secteur est indiqué à environ 30% aussi bien dans la conférence Vinisud évoquée ci-dessus et de 35% dans le dossier du Journal du Net.

Les comportements des acheteurs de vins

D’après les études terrain réalisées, 50% des gens interrogés ne se sentent pas à l’aise pour choisir un vin tandis que près de 25% trouvent que c’est un casse tête (en ciblant la population féminine on arrive à 65%). L’achat est source de stress (stress de ne pas connaitre son pays de tradition vinicole, stress de décevoir ses sens, stress de se dévaloriser aux yeux des autres) et beaucoup de confusion est faite pour trouver des clés à l’achat (notamment des erreurs sur les AOC, vin de pays…

Ce ressenti concerne surtout les acheteurs n’ayant pas une connaissance approfondie des vins.

Les boutiques en ligne s’adaptent

Les cavistes en ligne possèdent des atouts indéniables tels que le choix, de bons rapports qualité/prix et la rapidité des livraisons.

L’enjeu pour eux est d’apporter un le juste niveau d’informations et de conseils pour faciliter le choix et mettre l’internaute à l’aise dans sa démarche d’achat. Il a un besoin exprimé ou latent et souhaite faire le bon choix au bon prix et dans un minimum de temps.

La plupart des boutiques de vins en ligne ont le défaut de leur qualité : Une offre et un discours pour connaisseurs alors que la plupart des internautes sont de simples amateurs ayant besoin d’être guidés.

C’est ce que la boutique VIGNE-ONLINE a bien compris en mettant à la disposition de ses clients un site qui permet de choisir un vin en deux clics mais aussi du conseil en ligne pour des questions plus spécifiques.

Sources :
De nombreux chiffres de cet article proviennent du site http://www.onivins.fr/ géré par l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer ainsi que de deux études ad hoc

Actualités, Shopping

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

Laisser votre commentaire