Investir dans le vin : un bon placement ?

Samedi 28 juillet 2012

Acheter du vin est un investissement non seulement financier mais aussi hédoniste. Il constitue bien le seul placement dont vous puissiez goûter les dividendes…car n’oubliez jamais que le vin est fait pour être bu.

L’achat en primeur : pariez sur l’avenir

L’achat en primeur consiste à acquérir un vin alors qu’il est encore en élevage chez le producteur, c’est à dire sans l’avoir goûté vous-même. Le vin ne vous sera livré qu’un ou deux ans après. Rien à voir donc avec le vin primeur, ou vin nouveau, du type beaujolais. Réservée aux vins de Bordeaux et à quelques vins de prestige, cette pratique permet d’acquérir les vins à leur « prix de sortie » parfois inférieur de 25% à celui du marché.

Toutefois le volume de vins ainsi mis en vente est contingenté et les souscriptions ne sont possibles que pendant une courte période.L’achat en primeurs est accessible aux particuliers par l’intermédiaire de sociétés spécialisées, de cavistes sur le Net ou de la vente par correspondance. Un certificat de propriété est délivré à l’acheteur qui peut le revendre. Le risque de l’opération est de nature boursière. Méfiez vous des cours élevés d’un millésime moyen, souvent encouragés par une demande étrangère (les chinois notamment). L’exemple du millésime 1997, payé très cher et dont la cote est retombée, doit inciter à la prudence.

Les ventes aux enchères : suivez les cours

Les ventes aux enchères concernent des vins de tous ages, issus de caves de restaurateurs ou bien cédés à la suite de successions, de déménagements. Consultez le catalogue, la cote des vins et informez vous des frais qui s’ajoutent au montant de l’enchère (environ 8.5% de frais pour l’acheteur). L’expert attaché à la vent a rarement goûté le vin, mais il indique la provenance et l’historique de la bouteille, son état de conservation, le niveau de vin dans la bouteille ne doit pas descendre à l’épaule), vérifie l’authenticité du cru. Attention cependant aux fausses bouteilles qui fleurissent sur le marché…

Certains facteurs font augmenter le prix  : rareté du cru, prestige, état de l’étiquette, quantité proposée (caisse entière ou flacons épars). Quelques crus particulièrement recherchés constituent des placements spéculatifs comme Pétrus et Chateau d’Yquem en Bordelais, La Romanée-Conti en Bourgogne.

La cote des vins

Les records ne manquent pas, ainsi un Lafite 1811 a été vendu 20 600 euros et un musée américain a déboursé plus de 150 000 euros pour une bouteille d’Yquem qui aurait appartenu à Thomas Jefferson.

Mais alors comment s’établit la cote des bouteilles ? Les experts collationnent les prix atteints dans le ventes aux enchères (hors ventes caritatives qui peuvent fausser les prix) ou sur le marché, puis calculent une moyenne pour chaque cru dans chaque millésime. Bien qu’elles fluctuent au gré du marché et de l’évolution qualitative des propriétés, ces cotes constituent une bonne base d’appréciation.La vente, orchestrée par un commissaire-priseur, se déroule comme n’importe quelle vente aux enchères.

Comment boire gratis ?

En jouant sur le caractère spéculatif de certains crus comme les premiers crus du Médoc. Achetez deux caisses en primeur d’un grand millésime. Après une dizaine d’années de garde, mettez une caisse aux enchères. En général le prix obtenu vous permettra de boire la seconde gratuitement

Time is money !

 

A savoir, Conseils autour du vin, Shopping

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

Laisser votre commentaire