Gewurztraminer vendanges tardives 2007 Jérôme Meyer

Samedi 19 juin 2010

Découvrons le gewurztraminer vendanges tardives de Jérôme Meyer, vigneron à Blienschwiller.

Jérôme Meyer a sa méthode pour faire de la nature son alliée. Son application commence dès le mois de février au moment de la taille de la vigne. «  je taille 30% plus court, le gewurztraminer n’est pas un variété très productive, mais il faut tout de même chercher à concentrer » commence Jérôme Meyer qui a hérité de cette parcelle au sol argil0-marneux de son père. « les ceps de gewurztraminer préfèrent les sols profonds qui se réchauffent vite dès les premiers rayons de soleil. Pour ces raisons, le choix de planter des ceps de gewurztraminer sur cette parcelle exposée plein sud a été particulièrement judicieux » continue le jeune vigneron qui s’est fixé un objectif de rendement de 20 hl/ha.

Evidemment de multiples contrôles sont effectués avant la date fatidique des vendanges. En 2007, c’est le 27 octobre qu’est arrivé le grand jour, après qu’un agent de l’Institut national des appellations d’origine, INAO, eût contrôlé le taux de sucre des raisins destinés à son gewurztraminer vendanges tardives. Les baies ont été cueillies manuellement et triées dans le vignoble. En ce sens Jérôme a compté sur l’aide d’un champignon, le botrytis Cinerea,  seuls les raisins atteints de pourriture noble à au moins 50% peuvent être vinifiés pour mes vendanges tardives. Les autres entrent dans le gewurztraminer générique » explique t’il.

Pour les futurs vins de grande concentration, le taux de sucre des raisins est ensuite examiné une seconde fois par l’INAO, en cave. Si les valeurs relevées sont conformes aux normes, les baies sont pressées. En 2007, la fermentation effectuée par des levures indigènes a duré six mois avec des pauses. Jérôme n’a pas cédé à la tentation d’utiliser des levures sélectionnées. «  je voulais l’expression du terroir de mon père, la vraie. De toute façon, les levures ont repris leur travail ensuite » continue le jeune vigneron.

Après un élevage sur lies fines en foudres, pendant six mois « pour affiner l’acidité, apporter du gras et extraire ce qui reste d’arômes », comme dit Jérôme, son vin a fait son entrée avec un parfum de mangues et de fruits de la passion. En bouche des arômes de fruits jaunes, accompagnés d’une pointe d’acidité, attendent l’amateur qui pourra s’en réjouir longuement.

NDLR : Ce gewurztraminer vendanges tardives a obtenu la médaille d’or « gewurztraminer du Monde » à Strasbourg en mars 2010.

Source DNA

Actualités, Vins de France

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

4 réponses pour “Gewurztraminer vendanges tardives 2007 Jérôme Meyer”

  1. Un célèbre adage dit « qui goûte connaît », alors je vous invite à faire la connaissance de ce vin que je qualifierai volontiers pour ma part, de pure merveille… J’ajouterai cependant une remarque aux amateurs de gewurztraminer qui ne connaissent pas le « Vendanges tardives », il est un peu plus liquoreux que ses petits frères, mais de grâce ne passez pas à coté.

  2. Je vois que j’ai affaire à un vrai connaisseur ! Merci pour ce commentaire.

  3. peut on vous rendre visite car nous sommes amateurs de vendanges tardives
    dewulf@cegetel .net
    merci
    mpdewulf

  4. Désolés nous ne disposons pas de boutique susceptible de vous accueillir

Laisser votre commentaire