Chaines télé du vin : bataille au sommet

Samedi 18 septembre 2010

French paradoxe !

La France est l’un des tous premiers producteurs de vins au monde et il lui est interdit de citer le nom d’un château ou d’un vigneron à la télévision sous prétexte que l’information est considérée comme de la publicité. Il n’y a aucun problème à créer une chaine porno ou de montrer quotidiennement de la violence à l’antenne, mais il est indécent de parler d’un premier cru de Bourgogne…
C’est la France, partagée entre son sens aigu de la liberté et les vieilles lunes qui nous empoisonnent la vie. En fait la loi Evin est passée par là.

Que dit la loi Evin ?

La loi Evin qui date de 1991 régit la communication sur les boissons alcoolisées et le tabac dans les espaces publics, dans la presse écrite et à la télévision. Elles a été étendue à Internet depuis 2009. A la télévision qui est le sujet qui nous occupe dans cet article, la loi interdit la publicité mais pas la diffusion d’émissions sur le vin. Mais au fil des années, la jurisprudence a rendu toute communication sur le vin extrêmement restrictive «on ne fait plus la distinction entre communication et information » et on ne peut plus parler du vin à la télé que sous un jour défavorable.

Des millions de français amateurs de vins

Avez-vous remarqué qu’il est très rare de parler de vin à la télé ? Vous comprenez maintenant pourquoi . Seules quelques timides incursion dans vos foyers sont osées par « Toques et Politiques » sur la chaine parlementaire LCP, « les escapades » de Jean-Luc  Petitrenaud sur France 5 ou encore « Vino » sur BFM TV.
Compte tenu du potentiel immense d’audience sur le sujet, vous imaginez bien que le monde de l’audiovisuel s’intéresse de près à ce marché et après une longue période d’hésitation les choses bougent depuis quelques mois. Ainsi trois chaines de télévision préparent elles leur arrivée sur les ondes ou sur le cable . Il s’agit d’Eydonis, Vigne et Vin TV, Deovino.

Il serait long et fastidieux de développer les difficultés que rencontrent  ces Don Quichotte de l’audiovisuel du vin. Disons simplement que le gardien du temple, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel  (CSA), qui fait respecter la loi certes, ne fait pas preuve d’une grande ouverture d’esprit sur le sujet.
Le cahier des charges imposées à ces chaines est extrêmement contraignant puisqu’il impose ni publicité ni dégustations comparatives. Que reste t’il à dire et à montrer ? C’est bien là tout le problème. Seul le projet coopté par le CSA, Deovino, intègre ce cahier des charges et semble constituer le contrefeu aux autres projets qui luttent pour moins de censure.

La bataille fait rage et nous verrons bientôt qui en sortira vainqueur en espérant que la qualité de la programmation sera à la hauteur de ce qu’attendent les amateurs de vins que nous sommes, tout en respectant l’esprit de la loi, cela va sans dire.

En attendant ne restez pas sans quelques bons vins à portée de main pour vos propres dégustations et faites confiance à votre caviste en ligne.

Vos réactions nous intéressent. Faites nous part de votre avis.

Actualités, Shopping

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

Laisser votre commentaire