C’est la crise, buvons du bon vin !

Mardi 4 mai 2010

Les médias ne cessent de nous inonder de mauvaises nouvelles. Allumer son poste de télé ou la radio, c’est déclencher une avalanche d’informations désespérantes, de cataclysmes, de faits divers sordides ou de tensions sociales.

Ces faits, il est vrai, sont consciencieusement entretenus par les différents médias dont on sait que la tâche quotidienne est de faire peur et de monter en épingle les sujets qui font vendre.

La récente éruption du volcan islandais n’était pas à proprement parler une mauvaise nouvelle sauf pour ceux qui se sont trouvés immobilisés dans l’attente d’un hypothétique retour et pour les professionnels du tourisme. Ajoutons à cela en France les grèves à répétitions des cheminots qui ne font qu’ajouter à la confusion.

Sur le plan économique, voilà que le spectre de la crise, sans avoir vraiment disparu, réapparait en force avec la faillite de la Grèce et les grandes difficultés d’autres pays. L’effet de dominos est un risque amplifié cette fois ci par les milieux financiers.

La grande question des retraites agite le gota politique et syndical mais effraie aussi les français. Travailler plus longtemps pour toucher moins à la retraite est une perspective très contrariante.

Je passe sur les problèmes de sécurité, les pandémies virales, les seismes et autre marées noires pour ne pas vous saper le moral.

Alors que faire ?

Une solution consisterait à s’enfoncer la tête dans le sable, de fermer les oreilles et les yeux pour échapper à ces catastrophes continuelles et ignorer le monde qui nous entoure. Facile à dire mais pure utopie de le croire.

Une autre est de faire face, car il faut bien admettre les réalités, mais aussi de se protéger contre les agressions de la vie pour plus de douceur.

Il existe fort heureusement de nombreux moyens d’y parvenir : le sport, le yoga, les voyages (quand c’est possible) la famille, etc…Et puis il y a la fête, la convivialité entre amis, le plaisir partagé. Alors quel dénominateur peut il être commun à cette recherche de plaisir, sinon le bon vin ?

Ce plaisir, de plus, est durable puisqu’il commence par la recherche et l’achat du vin, la mise en cave, la sélection de la bonne bouteille en harmonie avec le plat ou avec l’évènement, l’ouverture de la bouteille, l’éventuel carafage et enfin la divine dégustation.

La dégustation avec le l’excitation des sens, l’oeil, le nez, la bouche pour capter les myriades de couleurs et d’arômes, la satisfaction teintée de fiereté et le sentiment d’avoir gâté ses invités.

Un plaisir intégral, abordable et simple qui fait oublier un moment  les malheurs du monde, sans aller jusqu’à l’ivresse qui ne résoudra pas la crise.

Alors, dans un monde de brutes, buvons du bon vin, toujours avec modération…

Actualités, Conseils autour du vin

Boostez cet article sur Wikio Votez sur Wikio

Laisser votre commentaire